Loading…

La légende de grand-mère Kalle

Grand-mère Kalle est un personnage ancré dans le folklore réunionnais, comme étant celle qui vient de son cri, présager un malheur à venir…

La mère chagrinée

Il existe plusieurs versions à cette légende. L’une d’entre elles veut que grand-mère Kalle serait une ancienne esclave qui avait un jeune enfant qui lui causait beaucoup de soucis. Un soir, son garçon pris de chagrin, se suicida en allant se jeter dans la mer près de Ravine Blanche. Désespérée suite à la mort de son fils, elle alla à son tour se jeter dans la mer pour ainsi retrouver son fils. Depuis ce jour, elle roderait la nuit à la recherche d’enfants désobéissants pour les kidnapper, et se consoler de la perte son enfant décédé.

L’esclavagiste maudite

Il existe une autre version dans laquelle grand-mère Kalle serait une cruelle esclavagiste, qui s’est un jour faite empoisonnée par un de ses esclaves qui désirait se venger. A sa mort elle eu pour punition de se transformer en oiseau lugubre qui, la nuit venu, vient prévenir les familles qu’un événement tragique est à venir.

Grand-mère Kalle

L’esclave torturée

Une autre histoire, raconte que grand-mère Kalle était une esclave qui subissait les pires tortures par ses maîtres. Certains disent qu’on lui aurait enlevé son enfant pour le revendre, d’autres disent qu’elle était battu et agressée par ses maîtres. Quelque soit la véritable histoire, ce genre de choses étaient courantes à l’époque de l’esclavage. Toujours est-il que Kalla est donc aller se suicider dans le Gouffre à l’Étang-Salé. La fin reste toujours la même, grand-mère Kalle, hantée par ses tourments, vient la nuit pour signaler aux familles qu’un malheur risque de s’abattre sur eux.

Certaines versions disent qu’elle habiterait le volcan du Piton de la Fournaise avec son mari Grand Diable. D’autres disent qu’elle habiterait une vieille case reculée dans la forêt, mais on ne sait où.

Grand-mère Kalle

Grand-mère Kalle, aujourd’hui

Cette légende, vrai ou non, est aujourd’hui racontée à la Réunion principalement pour faire peur aux enfants qui n’auraient pas été sages et pour les empêcher d’aller traîner dehors la nuit. Si par malheur l’enfant désobéit, on lui dit «  ‘tension, gran-mère Kalle sa ni po ou !  » (« attention, grand-mère Kalle va venir pour toi ! « ). Et cette phrase fait toujours son effet.

Mais aujourd’hui, cette légende n’est plus vraiment racontée pour faire peur aux jeunes, mais est plutôt utilisée par ceux-ci pour jouer dans la cour de récré. Un peu comme le principe du jeu du chat et de la souris, il y a celui qui joue grand-mère Kalle, et les autres qui ne doivent pas se faire attraper. Les enfants crient « gran-mère Kalle quelle heure il est ? « , et lorsque grand-mère Kalle cri « minuit ! « , ceux-ci doivent faire semblant d’avoir peur et courir pour ne pas se faire attraper.

Alor gran mèr Kal kel er i lé ? Lé minui pa minui ?